En 2015, le monde va mieux que jamais

Difficile à croire, tant l’année 2015 aura été marquée par des atrocités qui sont encore dans tous les esprits (attentats, guerres, migrants, …), mais l’humanité ne s’est jamais aussi bien portée que cette année. C’est en tout cas ce que pense le site The Atlantic.

2015

2015 : pas si mauvaise que ça, paraît-il

Si on essaie -pas facile- d’oublier les attentats de Paris, de Charlie Hebdo, de San Bernardino, les guerres en Syrie, au Soudan, les exodes de réfugiés, le dérèglement climatique, … 2015 est statistiquement une des meilleures années pour l’être humain moyen. Et 2016 laisse à penser qu’elle sera encore meilleure.

C’est ce qui ressort d’un très bon article du non moins très bon site The Atlantic.com. Voyons cela en détails.

Des humains moins violents … si, si !

Rien qu’aux Etats-Unis, et malgré les récentes fusillades, le FBI estime qu’il y aura 3.000 crimes violents en moins qu’en 2014, et surtout 600.000 de moins qu’en 1995. Soit une baisse de 35% en 20 ans ! Il y a bien sur des exceptions comme la Syrie où la tendance est tout autre. Mais au niveau mondial, les Nations Unies estiment -pour les pays disposant de statistiques en la matière- que les crimes violents ont baissé de 6% entre 2000 et 2012.

La paix progresse

Des accords, tel celui signé sur le nucléaire iranien, montre que la paix progresse et, de toute évidence, le nombre de tués lors de guerre est bien plus faible que dans les années 70 et 80. Les actes de terrorisme ont certes progressé depuis 2012 mais reste inférieur à 2% des morts violentes dans le monde. Pour relativiser, la rage fait 3 fois plus de morts que le terrorisme, et le cancer de l’estomac fait plus de morts que les homicides (volontaires ou non) et les guerres combinés.

La lutte contre les maladies mortelles progresse

Selon l’ONU, les nouvelles infections de HIV (Sida) ont baissé de -40% entre 2000 et 2013 et, en 2015, le virus régresse pour la première fois. Entre 2000 et 2015, le taux de mortalité par paludisme baisse de 58% à l’échelle mondiale. Il en est de même pour la peste. Tout comme la tuberculose, où la prévention, le diagnostic et les traitements ont permis de sauver 37 millions de vies entre 2000 et 2013.

Autre fait marquant en 2015, la polio a totalement été éradiquée du continent africain (aucun cas détecté ces 12 derniers mois) pour ne subsister qu’au Pakistan et en Afghanistan. Pour rappel, ce n’est pas si loin, en 1988, il y avait 350.000 cas de polio recensés.

Même sort pour la rubéole qui, en avril 2015, a totalement disparue du continent américain (une première !) après une campagne de 15 années de vaccination.

Plus récemment, en novembre 2015, on n’a compté que 4 cas d’Ebola en Afrique de l’ouest contre plus d’1,4 millions de cas quelques mois plus tôt. L’efficacité à 100% du vaccin testé en Guinée laisse à penser que les futures épidémies seront encore moins mortelles à l’avenir.

La famine et la malnutrition sont en baisse

Alors que, dans les années 60, on comptait plus de 18 millions de personnes mortes de la famine, les années 2000 en verront moins de 1.200 (invisible sur le graphe ci-dessous) !

famine

Plus proche de nous, cette carte interactive nous montre bien la régression de la famine entre 1990 et 2012.

Pour la malnutrition, elle représentait 19% de la population mondiale en 1990. En 2015, elle ne représente plus « que » 11% de la population mondiale.

Une mortalité infantile divisé par 2

En 2015, la mortalité infantile a été divisée par 2 par rapport à 1990, sauvant ainsi près de 6.7 millions d’enfants de moins de 5 ans chaque année.

2015 marque aussi le taux de scolarité le plus élevé jamais atteint. Le nombre d’enfants déscolarisé tombant de 100 millions en 1990 à 57 millions cette année.

Les droits progressent eux-aussi

Alors que seulement 69 pays connaissaient des élections démocratiques en 1989, ce chiffre a atteint 125 pays en 2015.

Dans un tout autre registre, la mariage pour tous a été légalisé et reconnu dans de nombreux pays, comme aux Etats-Unis ou encore en Irlande en Novembre dernier. Même s’il reste encore 75 pays en 2015 qui condamnent des pratiques qu’ils jugent « contre-nature », en 2006, il y en avait 92.

Un monde plus riche et plus respectueux de l’environnement

En septembre 2015, la Banque Mondiale a estimé que pour la première fois le nombre de personnes vivant en situation d’extrême pauvreté (moins de $1.9/jour) était passé sous la barre des 10% de la population mondiale. Même si l’exactitude de la mesure a été contestée, il s’agirait d’une baisse de 37% depuis 1990.

L’accord de Paris, signé récemment semble marquer une prise de conscience des conséquences d’un changement climatique inéluctable si les mesures prises ne sont pas respectées.

Vivement 2016 pour de nouveaux progrès !

Plus de détails (en anglais) sur le site : The Atlantic.

Source : The Atlantic - Image : Nasa

Laisser un commentaire SVP :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

(function($) { var rating = $('#wp_review_comment_rating'); $('body').on('submit', '#commentform', function(e) { if (rating.val() === '0') { alert('Please select a rating!'); e.preventDefault(); } }); })(jQuery);