Sting 2015 : un cru exceptionnel

Peu visible dans les médias, Sting a pourtant une actualité brûlante … sans compter celle de sa descendance.

Sting : un air de sacre

L’année 2014 s’était bien achevée pour Sting. Honoré par Barack Obama himself lors d’une mémorable cérémonie au Kennedy Center, il fut récompensé pour son influence sur la culture américaine à travers l’art (pas mal pour un anglais 😉 ).

Je vous conseille la vidéo ci-dessous si vous voulez voir un Sting ému aux larmes par les différents hommages rendus par Meryl Streep, Lady Gaga (performance incroyable à 9mn, bien que pas ma tasse de thé), Bruce Springsteen, Herbie Hancock, … et un exceptionnel Bruno Mars toujours au Top (16:30mn) pour une compil’ de Police.

Tournée européenne : Summer Tour 2015

24 concerts en moins de 2 mois, dont plus d’un quart en France (de la Nuit de l’Erdre aux remparts de Carcassonne en passant notamment par les arènes Nîmes), tous vraiment époustouflants d’après nos envoyés spéciaux à Nîmes et Nantes. De loin sa meilleure tournée !

La presse est elle-aussi unanime et dithyrambique. La Dépêche va jusqu’à dire qu’il s’agit du plus beau concert de l’histoire du festival (Carcassonne).

sting

Et pourtant, le barbu a maintenant près de 64 ans (ça calme). Avec son look hipster, il a toujours une voix impeccable de justesse et de clarté, d’ailleurs extrêmement bien sonorisée pour l’occasion.

Entouré de musiciens hors-pairs -Vinnie Colaiuta (considéré -au moins par Sting- comme le meilleur batteur au monde), David Sancious (infernal aux claviers), Peter Tickell (qui arrive à vous faire aimer le violon) et les incontournables Dominic Miller (guitare) et Jo Lawry (toujours aussi envoûtante et performante au chant), il déroule près de 2h d’un récital qui ravira les plus nostalgiques.

N’ayant pas d’album particulier à « défendre », il enchaîne ses tubes depuis son tout premier album solo The dream of the blue Turtles (1985) mais sans se priver -pour notre plus grand bonheur- de nombreux monuments de l’ère Police (Roxanne, Message in a bottle, walking on the moon, So lonely, …). Sauf erreur, les titres joués lors du concert ont tous été écrits au 20ème siècle.

Une comédie musicale à Broadway

Non pas que Sting n’ait rien fait depuis, loin de là. D’ailleurs, pour rester en 2015, le 24 janvier, s’est déroulée la dernière représentation de sa comédie musicale à Broadway, The Last Ship. Cette dernière n’a pas été un grand succès malgré l’implication de son créateur qui a lui-même joué dans les dernières représentations pour booster les recettes.

Coté composition, fin juin 2015 est sorti le single Killing You ou il apparaît en duo avec la très intéressante Ivy Levan (la future Lady Gaga ?). Une création qui marque un retour à une musique plus légère. De là à espérer la sortie d’un album de Sting plus pop …

En attendant, le 14 décembre prochain est d’ores et déjà programmée une représentation de ses Symphonicities au très célèbre Carnegie Hall à New York qui l’accueillera pour la 18ème fois.

Relève assurée : la dynaSting

Même si Sting a déclaré, il y a un an, ne rien vouloir laissé de ses €225 millions en héritage à ses 6 enfants, ces derniers n’en portent pas moins ses gènes.

Notamment en ce qui concerne son fils aîné Joseph (Joe Sumner – leader du groupe Fiction Plane), né d’un premier mariage et Eliot Pauline (surnommée « Coco » – chanteuse du groupe I Blame Coco, fille de Trudie Tyler avec qui il est en couple depuis plus de 30 ans). Inutile de préciser que les deux garnements sont tous les 2 bassistes.

L’actualité est aussi chargée pour eux puisque Fiction Plane a sorti en 2015, après 5 ans d’absence et 8 ans après le très bon album Left Side Of The Brain , un 4ème album : Mondo Lumina.

Quant à Eliot, elle sort -avec une voix très surprenante- son 1er album solo dans les prochains jours. Le voile est déjà levé avec un excellent single intitulé After Dark (vidéo ci dessous : à voir !)

Du Sting jusqu’à la lie !

Pour finir sur une note plus légère (et justifier le titre de l’article), signalons que Sting fait aussi du vin ! Bon, pas lui directement … mais le domaine Il Palagio qu’il possède en Toscane et d’ou sortent des vins dont les noms rappellent l’oeuvre de son propriétaire : Message in a Bottle (forcément), Sister Moon ou encore When we Dance… Des vins qui donnent envie de boire du Sting jusqu’à la lie. A partir de 15€.

sting

Images : ouest-france.fr, Ilpalagioproducts.com

Laisser un commentaire SVP :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

(function($) { var rating = $('#wp_review_comment_rating'); $('body').on('submit', '#commentform', function(e) { if (rating.val() === '0') { alert('Please select a rating!'); e.preventDefault(); } }); })(jQuery);