Les plats cuisinés sont-ils WYSIWYG (test n°2) ?

Comparons les photos des emballages de plats cuisinés avec le plat qui est présent réellement à l’intérieur. Les plats cuisinés seraient-ils donc WYSIWYG* ?

En clair, est-ce que ce que l’on voit sur l’emballage se retrouve dans notre assiette ?

Voici donc la suite du premier épisode (lien vers le 1er article) avec 8 nouveaux plats (vraiment ?) cuisinés de chez Fleury Michon, Marie et Weight Watchers.

Pour chaque plat : Photo 1 = vue d’ensemble de l’emballage – Photo 2 = zoom sur emballage – Photo 3 = vue d’ensemble du plat réel – Photo 4 = zoom sur le plat réel.

Les résultats sont encore surprenants !

1 – Dos de cabillaud sauce provençale

Ressemblance : 3/5 – Goût : 2/5

Commentaire : Peu ressemblant  – Bof !

2 – Etuvée de Saint-jacques

Ressemblance : 4/5 – Goût : 4/5

Commentaire : Assez ressemblant – Vraiment pas mauvais (tout est relatif)

3 – Hachis parmentier

Ressemblance : 1/5 – Goût : 1/5

Commentaire : on frôle encore la publicité mensongère – Pauvre Mr Parmentier !

4  – Poisson andalouse

Ressemblance : 1/5 (0/5) pour le poisson – Goût : 1/5

Commentaire : Ils ont bien fait de ne pas préciser le nom du poisson. Vraiment pas terrible.

5  – Poulet & Risotto

Ressemblance : 1/5 – Goût : 3/5

Commentaire : Heureusement, meilleur qu’il n’y paraît.

6  – Tagliatelles au poulet

Ressemblance : 2/5 – Goût : 3/5

Commentaire : Peu ressemblant mais mangeable.

7  – Macaronis & Boulettes

Ressemblance : 1/5 – Goût : 1/5

Commentaire : Les images parlent d’elles-mêmes.

8  – Paupiettes de veau

Ressemblance : 1/5 – Goût : 0,5/5

Commentaire : Aussi mauvais qu’il y paraît !

Verdict : (toujours) pas vraiment WYSIWYG !

Les photographes de « gastronomie industrielle » sont donc très forts (ou moi très nul!) car même avec la meilleure volonté du monde, il est très difficile de reconstituer la photo présente sur l’emballage, photo qui est parfois à la limite de la publicité mensongère. Certes, ces plats cuisinés (?), proposés entre 3€ et 5€, sont pour la plupart mangeables, ou tout au plus, pratiques lorsqu’on est pris par le temps. Seul avantage, cela permet d’apprécier par ailleurs la cuisine faite avec de vrais produits frais.

Mon conseil : cuisinez !

Dans un prochain article, j’espère pouvoir vous présenter comment à partir de produits moches (voir article sur le blog), on peut faire de véritables plats proches d’une oeuvre d’art. Un peu le processus inverse des produits de cet article ! Allez, bon appétit ! .

*  WYSIWYG c’est quoi ? Cela rappelera des souvenirs à ceux qui ont connu les débuts de l’informatique personnelle dans les années 80. Pour les autres, Wikipedia en donne la définition suivante : « «WYSIWYG» est l’acronyme de la locution anglaise « What you see is what you get », signifiant littéralement en français « ce que vous voyez est ce que vous obtenez » ou de façon plus concise « tel affichage, tel résultat » ou encore plus simplement tel quel. Bref, pour faire simple un logiciel -notamment les ancêtres de Word- étaient WYSIWYG lorsque vous obteniez à l’imprimante ce que vous aviez à l’écran.

Laisser un commentaire SVP :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

(function($) { var rating = $('#wp_review_comment_rating'); $('body').on('submit', '#commentform', function(e) { if (rating.val() === '0') { alert('Please select a rating!'); e.preventDefault(); } }); })(jQuery);