HitchBOT a traversé le Canada en auto-stop

Traverser le Canada n’a rien d’un exploit sauf pour un robot… auto-stoppeur !

HitchBOT

C’est pourtant bien ce qu’à réalisé le petit robot HitchBOT en parcourant, seul, le Canada d’Est en Ouest en partant le 27 juillet d’Halifax pour rallier Victoria, hier, le 21 août. Bon, en fait, il n’a pas fait grand chose et il n’était pas vraiment tout seul puisqu’il s’est contenté de tendre le pouce pour être pris en auto-stop et n’a pu se déplacer que grâce à la générosité d’automobilistes volontaires. Mais quand même …

HitchBOT, qui es-tu ?

Conçu par 2 universitaires de l’Ontario, HitchBOT est un robot de la taille d’un enfant (fourni avec son siège-auto), fabriqué avec des matériaux rudimentaires (frites de piscines, bottes et gants en caoutchouc, … ) et un afficheur en guise de tête dont la résolution ne fera pas pâlir votre iPhone. Il dispose toutefois d’un module de reconnaissance vocale et d’intelligence artificielle, pour converser (en anglais) avec ses hôtes, ainsi qu’un émetteur GPS/3G afin d’être géolocalisé en permanence. Le tout se rechargeant sur un simple allume-cigare. Mais l’intérêt de l’aventure ne réside pas dans la sophistication du « personnage » mais plutôt dans sa mission.

Expérience sociologique

L’objectif principal du voyage du petit robot était de savoir si HitchBOT arriverait à destination, comment … et aussi dans quel état. Les humains faisant déjà peu confiance aux robots, « les robots peuvent-ils vraiment faire confiance en l’homme ? » s’interroge sa créatrice Frauke Zeller.

La réponse semble être OUI car grâce à l’aide de centaines d’automobilistes qui ont « joué le jeu » d’accueillir ce sympathique compagnon de voyage, le robot a parcouru les 6.000 km sans trop de difficultés pour finir … intact. Il faut dire que son aventure, relayée sur son site HitchBOT.me et les réseaux sociaux (FaceBook, Twitter, Instagram, …), ont fait un véritable buzz au Canada où le robot est devenu une véritable star. Même si cette notoriété aura probablement un peu faussé l’étude, il reste aux chercheurs à analyser les nombreuses expériences qu’à ainsi pu « vivre » HitchBOT, dont certaines assez étonnantes : participation à un rassemblement annuel (pow-wow) d’Indiens de l’Ontario, un mariage en Colombie Britannique, …

 D’autres aventures pourraient suivre prochainement.

Source et photos : hitchbot.me , Radio-Canada.ca

Laisser un commentaire SVP :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

(function($) { var rating = $('#wp_review_comment_rating'); $('body').on('submit', '#commentform', function(e) { if (rating.val() === '0') { alert('Please select a rating!'); e.preventDefault(); } }); })(jQuery);